Informations sur les cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Fermer
Menu | Accueil | Espace client MySwissLife

Espérance de vie : les femmes vivent plus longtemps… mais pas forcément en bonne santé

Selon la dernière étude de la DRESS (1), publiée aujourd’hui et consacrée à l’espérance de vie par sexe en France en 2018, si les femmes vivent globalement plus longtemps que les hommes, leurs dernières années sont plus souvent marquées par un état de santé moins bon.

Espérance de vie à la naissance : l’écart entre les sexes se réduit

Sur la décennie 2008-2018, on note globalement une espérance de vie à la naissance en hausse chez les hommes et les femmes. Si l’on se penche sur la seule année 2018, l’espérance de vie à la naissance est demeurée stable chez les individus des deux sexes : elle s’établissait ainsi à 79,4 ans pour les hommes (niveau identique à celui de 2017) et 85,3 ans pour les femmes, soit un écart de 5,9 ans.

Si l’on regarde maintenant l’évolution sur les années passées, on remarque que l’indicateur a été plus favorable aux hommes : ainsi, leur espérance de vie à la naissance a progressé de 1 an et 10 mois, contre 1 an pour les femmes. Au regard de ces chiffres, si les femmes vivent toujours plus longtemps, l’écart entre les sexes se réduit au fil du temps.

Une espérance de vie sans incapacité en hausse pour les hommes, stable pour les femmes

En 2018, l’espérance de vie sans incapacité, c'est-à-dire le nombre d'années que peut espérer vivre une personne sans être limitée dans ses activités quotidiennes, s’élève à 64,5 ans pour les femmes et 63,4 ans pour les hommes. Soit un écart de 1,9 an entre les hommes et les femmes, une différence bien moindre donc, en comparaison avec l’espérance de vie à la naissance.

Sur la période 2008-2018, cet indicateur est en hausse de 8 mois chez les hommes et demeure stable chez les femmes. En outre, pour la seule année 2017, l’espérance de vie en bonne santé à la naissance a baissé de 5 mois chez les femmes et progressé de 10 mois chez les hommes.

L’institut d’études statistiques va plus loin et regarde l’espérance de vie sans incapacité à 65 ans qui, elle, augmente : c’est là encore chez les hommes que l’on trouve la plus forte progression sur la dernière décennie (1 an et 5 mois pour les hommes contre 1 an et 2 mois pour les femmes). Pour la seule année 2018, l’espérance de vie sans incapacité à 65 ans atteint 11,2 ans pour les femmes et 10,1 ans pour les hommes.

In fine, si les femmes vivent globalement plus longtemps que les hommes, leurs dernières années restent plus marquées par « certaines limitations d’activités », selon le rapport qui ajoute, logiquement, que « la part des années vécues sans incapacité au sein de l'espérance de vie » est plus faible chez les femmes (75 %) que chez les hommes (79 %).

Une espérance de vie sans incapacité dans la moyenne des pays européens

Si l’on compare maintenant au niveau européen, en 2017, les hommes se situaient légèrement au-dessus de la moyenne européenne pour l’espérance de vie à la naissance qui atteint 78,3 ans dans l’UE et légèrement en dessous pour l’espérance de vie sans incapacité qui atteint 63,5 ans.

Concernant l’espérance de vie à la naissance des femmes, les Françaises, classées au 2e rang derrière l’Espagne vivent globalement plus longtemps que leurs homologues européennes, ces dernières affichant une espérance de vie à la naissance établie à 83,5 ans ; quant à l’indicateur de l’espérance de vie sans incapacité, il est légèrement supérieur au niveau européen qui s’élève à 64 ans.

(1) Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques

Source: Previssima - le 08/10/2019