Informations sur les cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Fermer
Menu | Accueil | Espace client MySwissLife

L’OMS inscrit le burn-out à la classification internationale des maladies

Le 25 mai 2019, les États membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se sont réuni à Genève pour la 72ème assemblée mondiale de la Santé. Ils ont actualisé la classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes (CIM-11). Cette classification sert de base internationale pour établir les tendances et statistiques sanitaires. Elle ressence près de 55 000 codes uniques pour les traumatismes, maladies et causes de décès.

Le burn-out, ou épuisement professionnel en français, a été ajouté à la longue liste des maladies déjà répertoriées. Il a été inscrit dans la catégorie des problèmes associés à l’emploi et au chômage. Pour rappel, 18 % des salariés français affirment avoir été victime d’un burn-out (Étude du cabinet Stimulus, Observatoire du Stress au Travail, 2017).

La définition apportée par l’OMS parle d’un « stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès », caractérisé par trois dimensions :

  1. Des sentiments d’épuisements, de manque d’énergie
  2. Des sentiments de négativisme, une distance mentale ou un cynisme vis-à-vis de son travail
  3. Une « réduction de l’efficacité professionnelle»

L’organisation rappelle que le burn-out doit être associé à un « contexte professionnel ». Il ne doit « pas être utilisé pour décrire des expériences vécues dans d’autres domaines de la vie ».

La nouvelle classification entrera en vigueur le 1er janvier 2022.

Source Prévissima - le 28/05/2019