Informations sur les cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Fermer
Menu | Accueil | Espace client MySwissLife

Un tiers des Français préparent leur retraite

 

34% des personnes interrogées ont souscrit à un produit d’épargne pour financer leur après-vie professionnelle, d’après un récent sondage.

 

Les Français se soucient de leurs vieux jours. 34% d’entre eux déclarent disposer d’un produit d’épargne pour se constituer un complément de revenu à la retraite, selon un sondage rendu public le 10 octobre 2019 et réalisé par l’institut Odoxa pour l’Association professionnelle des entreprises de conseil en investissement (Apeci) et le quotidien économique Les Échos auprès de 1.004 personnes âgées de 18 ans et plus.

Mieux : 21% des individus interrogés envisagent d’en ouvrir un prochainement. Au final, seuls 44% des sondés ne préparent pas leur retraite et ne comptent pas le faire dans les prochains mois. Sans surprise, plus les personnes avancent en âge et plus elles se dotent d’un placement destiné à leur après-vie professionnelle. Alors que seulement 15% des 18-24 ans possèdent un produit d’épargne pour financer leur retraite, le pourcentage grimpe à 20% chez les 25-34 ans, 30% chez les 35-44 ans, 43% chez 50-64 ans et 44% chez les 65 ans et plus.

Doutes sur le montant des futures pensions

Si les Français préparent autant leur retraite, c’est parce qu’ils pensent que leurs futures pensions de vieillesse seront peu élevées. Toujours d’après le sondage Apeci-Les Échos, à peine 30% des personnes interrogées estiment que le système actuel des retraites permet de bénéficier d’une pension correcte. Du coup, la préparation de la retraite constitue le deuxième motif d’épargne (42% des citations) derrière la protection face aux aléas de la vie (51%), mais devant la peur d’une récession économique (29%), l’utilisation d’un excédent de revenu (19%) ou un projet d’investissements (18%).

Pour préparer leur retraite, les Français optent finalement peu pour les placements dédiés spécifiquement à cet objectif. 24% des répondants détiennent un plan d’épargne retraite populaire (Perp), 17% un plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco), 6% un complément de retraite mutualiste (Corem), 2% un contrat de retraite Madelin et 2% un dispositif de retraite supplémentaire d’entreprise à cotisations définies, plus connu sous l’appellation d’« article 83 » (en référence à l’article du Code général des impôts qui le réglemente).

L’assurance vie privilégiée

À noter : si la détention des contrats Madelin et des articles 83 se révèle si faible, c’est notamment parce que les publics éligibles à ces produits sont limités (les travailleurs non-salariés pour les premiers, le plus souvent les cadres des entreprises pour les seconds). Pour compenser leur baisse de revenu à la retraite, les Français tablent avant tout sur les placements « classiques » qui présentent l’avantage d’être « liquides » contrairement aux produits d’épargne retraite dans lesquels les fonds sont bloqués jusqu’au départ de la vie active.

Ainsi, 50% des déclarants qui préparent leur retraite possèdent un contrat d’assurance vie, 35% un livret d’épargne (Livret A, LDDS, livret bancaire…) et 20% un plan d’épargne en actions (PEA). Dans ces conditions, on comprend pourquoi les Français privilégient les placements garantis, comme les fonds en euros de l’assurance vie. D’ailleurs, la sécurité constitue le critère le plus important dans le choix d’un produit d’épargne pour 39% des sondés, supplantant la disponibilité des fonds (32%) et la performance (17%).

Source: http://www.odoxa.fr/sondage/grand-sondage-europeen-lepargne-retraite/